#8. Chouette, un Hibou !

Chaque fois, c’est la même rengaine : on va où ce soir ? On n’a pas vraiment envie de retourner dans un truc déjà vu, on veut de la nouveauté, mais aussi l’assurance de passer une bonne soirée. On n’a pas envie de chercher des heures sur le net un endroit recommandé, pas le courage de déambuler dans les rues jusqu’à ce qu’un restaurant nous aspire et nous inspire, tout en ayant envie que la soirée soit réussie. En plus, il faut que l’endroit choisi ne soit pas trop éloigné des lieux de résidences des uns et des autres, mais aussi des lieux de boulot pour ceux qui en viennent directement … Bref, choisir le lieu de l’apéro peut devenir un véritable casse-tête, et en général ça part comme cela : « On va où ce soir ? – Oh choisis un endroit qui te fait plaisir ! (Comprendre : je n’en ai aucune idée, débrouille-toi, j’ai la flemme d’y réfléchir). – Non, mais tu sais ça m’importe peu, je te fais confiance. (Autrement dit : tu ne m’auras pas, j’ai autre chose à penser). – Hey, toi qui a un blog, tu nous emmènes où ? » Et bien justement les gars, je comptais sur vous pour me faire découvrir vos bons plans, il me faut un nouvel article… Ou alors, on prend une valeur sûre dont on ne vous a pas encore parlé.

IMG_8507

C’est comme ça qu’on est reparti au Hibou, dans le VIème arrondissement de Paris, et rien que d’en parler, on en roucoule de plaisir. (On sait, c’est le pigeon qui roucoule, mais ululer, ça sonne moyen). Nous avions déjà testé l’endroit au printemps dernier et on avait adoré. Alors il FALLAIT qu’on y retourne pour prendre quelques clichés et faire marcher notre cerveau et notre oeil critique en même temps que nos mâchoires. La première fois, nous avions décidé d’y aller car ce restaurant est l’oeuvre de l’incontournable Thierry Bourdoncle, cet aveyronnais qui colonise Paris de ses brasseries (Le café Paris-London, le Central, le bar du central, la favorite, le Mabillon, le Malabar, la Fidélité et on en passe). Bourdoncle, c’est un peu le nouveau Coste, le colonisateur de Paris, à la fois partout et insaisissable.


L’endroit : Le Hibou
 : 16 carrefour de l’Odéon, 75006 Paris
Allo? : 01 43 54 96 91
Quand : Tous les jours, de 8h à 2h
Pourquoi : un apéro et un dîner sympa, entre copains ou en amoureux.
Combien : Comptez assez vite 50 à 60€ par personne pour plat – dessert et mojito ! — Ici la carte !
http://lehibouparis.fr/fr

Bref : on M.


Mojito Hibou

4.5 Du côté des papilles.

Quand on revient dans un restaurant, c’est toujours le même dilemme : est-ce que je goûte un nouveau plat ou je reste sur la valeur sûre de celui de la première fois ? Sur ce coup là, on a joué la sécurité. Mais cela nous a aussi permis de tester la régularité des plats.

Le carpaccio était très bon, avec une sauce un peu relevée et qui sortait de l’ordinaire. Aujourd’hui accompagné de frites dans leur écrin de journal, la dernière fois choisi avec un cœur de laitue (qui arrive entier sur assiette, cela fait son effet !).

Le paillard de poulet était, à nouveau, à tomber. C’est un plat délicat, souvent trop sec. Ici, la viande fond toute seule. On se demande même si tant de tendresse est possible (on se demande aussi si le poulet était bio et fermier, ou plutôt OGM et en cage). Qu’importe la provenance pour aujourd’hui, c’est un régal, la portion est généreuse, servie avec salade et une petite sauce tomate. En accompagnement, de petits haricots verts bien rangés, et surtout, légers légers, sans ajout de beurre ou de gras. (On peut aussi opter pour du riz basmati ou des pommes de terre en accompagnement).

Le point sympa, c’est aussi qu’ils ont du très bon pain. Et ça, on M bien en France. Veut-on un dessert ? Bien évidemment !

Puisque M. Bourdoncle a repris l’institution Sénéquier, on peut, dans ses établissements, déguster l’incontournable tarte tropézienne ou le fameux nougat Sénéquier. Mais il y a parfois des plaisirs qu’on préfère garder confinés à leurs endroits d’origine (des crêpes en Bretagne, une tropézienne … À saint tropez !). Sous cloche sur le bar trône aussi le ou les dessert(s) du jours … La dernière fois, une tarte crumble aux abricots était proposée. Une part gigantesque (il commençait à être tard, on les soupçonne de nous avoir servi une part de taille supérieure à la normale car elle n’aurait pas été vendue sinon … Encore une démarche qui fait plaisir et qu’on M !), mais tellement délicieuse qu’en laisser une miette aurait été un crime.

Elle n’est pas là aujourdhui, alors on optera pour une crème caramel, très bonne, et un cheesecake sauce chocolat.

Le cheesecake arrive, présenté de manière originale dans un petit bol asymétrique : pas de pâte sous la préparation fromage, mais seulement des noix (cacahuètes probablement) émiettées sur le dessus. La cuillère plonge, la texture du cheesecake est parfaite et malgré la prédominance de la préparation, celui-ci n’est pas écœurant. C’est tellement bon qu’on hésite presque à y verser le chocolat fondu. Alors on fait un petit test d’abord, en en versant quelques gouttes. Et là, nous avons à nouveau 5ans ; dans la cuisine de nos grand-mères, on plonge le doigt dans la casserole où fondent et se marient beurre et chocolat noir pour le futur gâteau qui se prépare. C’est délicieusement régressif, rien à voir avec les sauces chocolat toutes prêtes qu’on achete en bidon. Du bonheur.

Il en est de ces repas qui survivent sur nos papilles pendant longtemps, et celui la en fera partie.  100% M.

Évidemment, on a arrosé ce repas de 2 mojitos (enfin 4, deux par personne quoi !). Comme la première fois, les mojitos étaient très bons (pas aussi parfaits que ceux d’Alain, certes). Justement dosés en rhum, ils manquaient peut être un peu de cassonade. Mais on se fait un peu tatillons tout de même.

- Paillard de poulet et haricots verts -
– Paillard de poulet et haricots verts –
- Tartare de boeuf et frites -
– Carpaccio de boeuf et frites –
- Crème Brûlée -
– Crème Caramel –
- Cheesecake sauce Chocolat -
– Cheesecake sauce Chocolat –

5 Le lieu.

Le restaurant est dans un cadre agréable, situé dans un petit carrefour derrière l’Odéon. Comme chez ses voisins, les Éditeurs et le Relai Saint-Germain, l’endroit ne désemplit pas. En terrasse, on est bien installés, bien que les tables soient assez serrées (mais on l’oublie vite! – Pas d’obligation de passer la soirée avec ses voisins). Petit conseil si vous dînez en terrasse : essayez de demander une table sous le store et pas sous le parasol, pour profiter des chauffages.

S’il ne fait pas beau ou si l’hiver est là, installez-vous a l’intérieur, la déco est très M ! Entre le bistrot et le style british, l’intérieur est plutôt cosy, et on y retrouve notamment de magnifiques carreaux de carrelage dans les tons bleus et blanc, des lumières tamisées (surtout après 22h), du bois foncé, des tableaux de hiboux et des animaux empaillés ! Drôle d’idée ? Au contraire, l’insolite rend l’endroit chaleureux, atypique. Bref, en été on M manger en terrasse, mais on irait bien se réfugier à l’intérieur dès que le temps se gâte !

PS : Surtout, pensez à aller faire un tour aux toilettes, entre soirée aux chandelles et temple incantatoire, les détails du Hibou descendent jusqu’au petit coin !

IMG_8505

IMG_8504

IMG_8503

3.5 Le service.

La terrasse est pleine, surpleine, archipleine. Alors l’hôtesse nous demande de patienter au bar, ou d’aller jeter un oeil sur les cotés, vers les tables réservées pour simplement boire un verre. Elle semble froide au premier abord, mais c’est en réalité qu’elle parle très doucement, on a presque l’impression d’être déjà sourd (mais pas encore séniles !). Quelques minutes de patience seulement avant qu’on nous trouve une table ; l’attente fût de courte durée ! Le service dans son ensemble est très rapide, mis à part les premiers Mojitos qui ont été un peu longs à la préparation… Le serveur était souriant et efficace, les plats sont arrivés rapidement, un vrai sans faute !

IMG_8510

Ce soir, Foncez !

Et vous, vous êtes plutôt oiseaux de nuit ou early birds ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :